La kinésiologie musicale

Une réponse au stress des musiciens?

par Mireille Natanson
docteur en musicologie et kinésiologue

Les musiciens sont-ils stressés?

Oui, à tous les niveaux de leur formation et de leur carrière. Ils sont stressés par

Que deviennent le plaisir de jouer et la créativité?

La motivation initiale d'un enfant qui veut apprendre un instrument est un désir de se faire plaisir, puis de faire plaisir aux autres, par exemple en jouant dans un ensemble pour partager ce plaisir.
Les facteurs de stress cités plus haut viennent très vite à bout de cet enthousiasme de départ. Les musiciens se tournent alors, à un moment ou à un autre, vers des techniques qui leur permettront de libérer leur expression et leur créativité.
A côté des techniques reconnues comme la relaxation, le yoga, les méthodes Alexander et Feldenkrais, la kinésiologie musicale, née en Allemagne, est maintenant accessible au public francophone.

Qu'est-ce que la kinésiologie musicale?

C'est en partant de leur expérience de musiciens professionnels que Rosina Sonnenschmidt et Harald Knauss , ont eu l'idée, après une formation en kinésiologie, de créer une branche spécifique de la kinésiologie, enseignée en Allemagne depuis plusieurs années.
C'est une méthode douce qui reprend les outils de la kinésiologie (voir encadré) pour détecter les blocages propres aux musiciens (difficultés respiratoires, trac, frustration) et rééquilibrer leur énergie.
En combattant le stress, on lève les difficultés d'apprentissage et on libère l'expressivité. Alors s'installe le dialogue énergétique entre le musicien et son instrument, entre le musicien et son public.

A qui s'adresse la kinésiologie musicale?

A tous les musiciens et chanteurs, de tous âges et de tous niveaux, comme le montrent les exemples suivants, choisis parmi mes consultants.

Rodolphe (9 ans):
"Je joue du violon depuis un an. Si je ne réussis pas mon examen, mon prof dit que je ne pourrai pas continuer! J'ai peur de ne pas y arriver."

Daniela, flûtiste à bec (18 ans):
"Plusieurs semaines avant les concours, je suis malade et je n'arrive plus à manger. Quand le moment de jouer arrive, je tombe dans les pommes".

Hélène, étudiante au Conservatoire (22 ans):
"Depuis plusieurs mois, je prends des béta-bloquants pour aller à mon cours de piano, parce que je ne me sens jamais à la hauteur."

Matthieu, ténor dans un ensemble vocal (42 ans):
"Je ne peux plus chanter certains intervalles dans l'aigu. Je vais être obligé de changer de métier, mais la musique est toute ma vie."

Les réponses de la kinésiologie musicale

Pour Rodolphe, qui aime beaucoup son instrument, une séance suffira pour lui redonner confiance en lui. Par le test musculaire (voir les outils 1), je détecte un stress lié à l'image de soi, qui sera renforcée par l'affirmation: "Je suis capable de m'exprimer par mon violon".
Des exercices d'intégration comme le mouvement croisé et le huit horizontal (voir les outils 3) l'aideront à être en équilibre énergétique quand il travaille chez lui et quand il passe son examen.

Daniela souffre d'un trac extrêmement difficile à gérer pour elle, car il influence son état général. Je vais donc utiliser la technique du Touch for Health (voir les outils 5) en testant les 14 méridiens. Après avoir renforcé l'énergie du Méridien Estomac et du Méridien Rate-Pancréas, responsables de ses problèmes digestifs, nous travaillons sur l' affirmation suivante: "Je m'épanouis et je suis en sécurité en jouant de la flûte". Pour ancrer cet objectif dans sa pratique musicale, elle visualise en jouant une couleur qui la sécurise (le bleu) et libère son expressivité. L'amélioration immédiate de sa sonorité l'encourage et la persuade de la puissante énergie contenue dans l'affirmation testée.

Hélène: Chez cette jeune pianiste, les tests musculaires révèlent la nécessité d'une récession d'âge (voir les outils 2), en rapport avec sa difficulté d'être à la hauteur.
Dernière née d'une famille de 5 enfants, elle a toujours été "la petite" qui n'arrive pas à faire aussi bien que les autres, tous musiciens. Pendant la défusion de stress (voir les outils 4), avec retour à l'âge de 7 ans, elle se voit essayant de suivre avec peine ses frères et sœurs lors d'une randonnée en montagne. Comme elle ne peut pas monter aussi vite, elle n'est pas "à la hauteur".
En jouant au piano l'atmosphère émotionnelle de cette scène, elle pleure abondamment mais parvient à une image positive, où elle est portée par toute sa famille vers un bon goûter.
Ce n'est pas mon rôle en tant que kinésiologue de conseiller à Daniela de prendre ou non certains médicaments. Je ne peux que l'assister lors du processus qui va l'amener à prendre sa responsabilité face à son problème et à trouver elle-même la réponse qui est en elle.

Le problème des intervalles exprimé par Matthieu m'amène à choisir de tester le baromètre des intervalles, qui révèle un stress lié à l'intervalle de quarte. Pendant la défusion de stress (voir les outils 4), la quarte est prise en compte avec ses qualités spécifiques: l'observation et l'affirmation de soi. Chanter cet intervalle lui coûte d'abord beaucoup d'efforts, jusqu'à ce qu'il parvienne à intégrer le symbole du tronc d'arbre, confirmation de la solidité de sa carrière de chanteur. Il repart chez lui avec le dessin de cet arbre: il lui servira de signal énergétique avant ses concerts.

Un outil de formation

La kinésiologie musicale est également un outil de formation pour les enseignants(1) qui veulent sortir de la routine et découvrir de nouvelles voies d’accès à la musique. Ayant fait eux-mêmes en groupe l’expérience d’exercices spécifiques et de techniques énergétiques, ils pourront les utiliser ensuite dans leur enseignement. En effet, les difficultés que rencontrent les élèves (manque de motivation, perte de contact avec leur instrument, trac avant les auditions et les examens, etc) sont souvent d’ordre énergétique et susceptibles d’être améliorées par des exercices appropriés.
Bien sûr, le professeur d’instrument n’est pas destiné à pratiquer en cours le test musculaire ou la défusion de stress, techniques réservées au kinésiologue en séance individuelle. Mais il pourra montrer à ses élèves, individuellement ou en groupe, les exercices suivants :
Les mouvements croisés qui facilitent l’apprentissage, la concentration et la coordination en améliorant l’intégration des deux hémisphères cérébraux.
Le huit horizontal (les yeux suivent le trajet d’un huit horizontal tracé en l’air avec un doigt) qui sert à perfectionner la lecture musicale et la mémoire musicale.
La mise en route des oreilles (en les massant fortement) qui « branche » l’énergie nécessaire aux perceptions acoustiques, de l’intérieur vers l’extérieur (pré-entendre ce qu’on va jouer) et de l’extérieur vers l’intérieur (écouter ses partenaires, en musique de chambre par exemple).

Ces exercices sont à la fois simples et efficaces, ils sont bien acceptés par les élèves quand on leur en explique la finalité et quand ils ont la possibilité d’expérimenter leurs effets : par exemple jouer un passage difficile, puis suivre le huit horizontal avec les yeux et rejouer le passage en observant la différence.

Jouer la musique en couleurs

Il est passionnant aussi pour les enseignants de travailler au niveau de l’utilisation des couleurs. Dans tous les stages que j’anime, je constate chez les enseignants et les musiciens le plaisir de cette découverte et leur désir d’expérimenter le plus vite possible les techniques proposées.
Il peut s’agir par exemple de proposer à un élève qui a des difficultés à trouver une interprétation pour un morceau de jouer celui-ci avec des couleurs différentes. En posant devant lui des feuilles de carton de différentes couleurs, il pourra jouer le morceau « en bleu », « en vert », « en jaune », etc. Son intuition le guidera vers la version colorée qui lui convient le mieux, qui sonne le mieux pour lui. Si d’autres élèves sont présents, ils lui feront part de leurs impressions lors des différentes versions proposées. Ils joueront un peu le rôle du public, mais un rôle plus actif encore, et ils exerceront en même temps leur écoute critique. En échangeant les rôles, les élèves prendront conscience de l’importance du contact avec le public et du feedback qu’on peut en recevoir.

L’équilibration énergétique d’un ensemble

Le travail avec des ensembles instrumentaux ou vocaux par la kinésiologie musicale est des plus passionnants. Il s’agit là surtout de s’intéresser à l’énergétique des musiciens sur scène et
à l’intérieur du groupe. Bien souvent, le succès d’un ensemble tient à l’énergie qui l’habite et qui porte la musique vers le public. Toute perturbation de cette énergie entraîne un malaise chez les musiciens, la musique ne coule plus de source et le public ne se sent pas à l’aise non plus. Les techniques de préparation énergétique de la kinésiologie musicale vont permettre tout d’abord à chacun de se sentir en harmonie avec lui-même : par exemple par des exercices de centrage au niveau des méridiens. Ensuite, on pourra travailler sur l’énergie du groupe, par exemple en faisant visualiser une couleur ou une image pour une œuvre précise. On peut aussi traiter les questions de motivation : « Pourquoi vais-je sur scène ? Pour qui est-ce que je veux chanter ? Qu’est-ce que je veux transmettre ? »
Je me souviens en particulier d’un ensemble vocal, composé de 8 jeunes chanteurs et chanteuses, qui m’avait demandé de travailler un week-end avec eux sur le thème : « Comment améliorer notre énergie de groupe sur scène ? » Nous avons travaillé d’abord sur les potentialités de chacun des chanteurs, en tenant compte du feedback du groupe. Puis il s’agissait pour chacun de se représenter par un symbole sur une grande feuille de papier. Au bout d’un moment, la feuille présente une image du groupe où chacun a sa place. On garde la possibilité de modifier ces places, au besoin en testant par le test musculaire si quelqu’un est stressé par la place qu’il s’est choisie ou par le symbole. La fin de l’exercice consiste bien sûr à se placer en réalité sur la scène comme la feuille l’indique et à chanter. Le résultat musical était dans ce cas très concluant, chacun ayant l’impression d’être à la fois en harmonie avec lui-même, avec le groupe et avec la musique.
En travaillant de cette manière, nous restons à tout instant dans la musique, car tout exercice proposé est immédiatement suivi d’un passage musical pour ressentir l’effet produit. C’est ainsi qu’on s’approche de plus en plus d’un état de bien-être où l’énergie du musicien et celle du public sont en communion idéale.

En présentant ici quelques-unes des multiples facettes de la kinésiologie musicale, j’espère avoir suscité l’intérêt de mes collègues musiciens de Suisse pour cette technique passionnante.

Les outils de la kinésiologie

  1. Le test musculaire est l'outil d'investigation de la kinésiologie qui sert à détecter les blocages. On teste la réaction d'un muscle (par exemple le deltoïde antérieur) à un stress précis. C'est le corps qui répond par un muscle fort (pas de stress) ou faible (stress).
  2. La récession d'âge est un retour vers le passé pour réduire un stress emmagasiné depuis l'enfance.
  3. Les exercices d'intégration, utilisés aussi en kinésiologie éducative, sont destinés à faciliter la coordination des deux hémisphères cérébraux. Celle-ci est nécessaire pour un apprentissage aisé, intégrant les facultés analytiques du cerveau gauche et les facultés créatives du cerveau droit.
  4. Pour la défusion du stress émotionnel, le kinésiologue tient d'une main le front du client et de l'autre l'arrière de la tête. Il active ainsi certaines zones du cerveau qui permettent de regarder un problème sous une autre lumière et de trouver de nouveaux choix pour de nouvelles solutions.
  5. La technique "Touch for health" ou "santé par le toucher" permet de tester (par des tests musculaires) l'énergie des méridiens correspondant aux différents organes, et de les équilibrer.

Notes

Je l'ai présentée aux enseignants réunis au Congrès ASEM de Morges en septembre dernier. Voir le compte-rendu paru dans la RMS 10/2002.

« Publications